fbpx

Conception graphique - Logo

Notre newsletter

La cité d'Athènes et l'Acropole

Les guerres dans la Grèce Antique

Views 1.69k

Les guerres de la Grèce Antique sont de vraies épopées ! Elles ont construit et déconstruit les contours du puissant empire grec à travers le temps. L’activité militaire est importante, pour parer les menaces extérieures, ou mener des invasions. De même, la guerre occupe une place prépondérante dans la vie des Grecs et elle est relatée par les poètes, philosophes ou autres peintres. Les vestiges de ces conflits sont encore aujourd’hui visibles et relativement bien conservés. Le politique, l’économie, la religion sont d’autant plus de sujets que la guerre embrasse. 

Les guerres médiques

Tout a commencé avec le soulèvement de l’Ionie, en Grèce, contre la Perse (qui exerçait une tutelle sur cette dernière). Alors que Sparte refusa de jouer un rôle dans ce soulèvement, Athènes envoya 20 navires mais la Perse réussit tout de même à mater le soulèvement. Suite à cet évènement, le roi de Perse décida de mener une expédition punitive contre les cités grecques en 492-490 dans le but de prendre Athènes. Mais elle n’y arrivera pas car la cité est très bien gardée. Une seconde expédition punitive, plus importante cette fois-ci, est organisée dix ans plus tard. Le monde grec, inquiet, va s’allier en une ligue grecque dont Sparte va en prendre le commandement. Les premières victoires, perses, vont laisser une Athènes mise à sac et brûlée.

La cité d'Athènes et l'Acropole

La cité d’Athènes et l’Acropole

Par la suite, les Grecs vont reprendre le dessus. Byzance sera conquise en 478 tandis que la majorité des îles grecques sous domination perse seront libérées puis enrôlées par Athènes (afin de se protéger d’un futur soulèvement perse). Cela permettra également à Athènes d’établie son hégémonie militaire et commerciale sur la mer Égée. Les guerres médiques entraînèrent un siècle de domination athénienne sur tout le monde grec. L’homme d’Etat le plus important de cette époque fut Périclès, à qui l’on doit la construction du Parthénon et des autres monuments de l’Athènes classique. La richesse d’Athènes attira tous les grands talents grecs et donna naissance à une riche classe oisive tout en favorisant l’émergence des sciences, de la philosophie, de la littérature et des arts. Eschyle, Euripide, Sophocle, Aristote, Platon, Socrate, Hérodote et tant d’autres, tous vinrent s’installer à Athènes.

La guerre du Péloponnèse

Les autres cités grecques, qui avaient en premier lieu accepté la domination athénienne comme mesure de protection contre la Perse, se rebellèrent bien vite contre sa puissance impérialiste toujours plus forte. En 458, une guerre éclata entre Athènes et Sparte, achevée par un traité de paix entre les deux cités. Mais en 431, la guerre reprit et cette fois-ci, les deux cités furent soutenues par leurs alliés respectifs. Cette guerre dura 27 ans et s’acheva à la demande d’Athènes, ruinée. Sparte en profita pour la déposséder de ses colonies outre-mer et prendre le pouvoir.

La statue de Leonidas

La fin de la guerre du Péloponnèse s’est donc consacrée à Sparte maîtresse de la Grèce. Toutefois, le parti démocratique va vite reprendre le pouvoir à Athènes (aidé par Thèbes), faisant perdre à Sparte sa suprématie maritime. Inquiète, cette dernière va se rapprocher de la Perse, ce qui va achever la rupture entre Sparte et le reste de la Grèce. Une guerre s’ensuit, gagnée par Thèbes principalement. Cette dernière va alors fait appel à la Macédoine pour l’aider à maintenir son pouvoir.