fbpx

logo-trvlr-media-voyage

Notre newsletter

Siros

Views 16

Boudée par la plupart des touristes pour son apparence très peu « carte postale », Siros est en effet très différente des autres îles par son authenticité et son architecture néoclassique.

Vrai petit pays en miniature, Siros possède une capitale avec deux cathédrales, un aéroport, des plages et des stations balnéaires, des montagnes, des plaines et une campagne fertile emplie de platanes, d’arbres fruitiers et de villages traditionnels.

Ici, on prend le temps de profiter de la vie : siestes, balades dans la fraîcheur du soir et apéros jusque très tard.

Pas d’ulcères de l’estomac ou de crises cardiaques car tout invite au repos, comme en témoigne ce centre holistique construit récemment sur l’île qui présente à son menu de nombreuses activités méditatives.

Ermoupoli, la capitale de l’île, est très jolie. Plus grande ville des Cyclades, c’est également la capitale officielle de ces dernières.

Avec ses ruelles pavées de marbre, ses édifices néoclassiques et vénitiens et ses reliefs accidentés où se découpent des places monumentales, Ermoupoli est incontestablement une ville pleine de charme et de beauté que l’on n’a plus envie de quitter !

Le port de pêche et de plaisance, situé après le port où accostent les ferries, est très sympathique.

Avec ses terrasses de cafés et de restaurants bordant les rues un peu partout et son marché local, c’est l’un des endroits les plus animés de la ville, hiver comme été.

Si vous recherchez une banque, des magasins de souvenirs ou des agences de voyage, c’est ici que vous les trouverez.

A la tombée de la nuit, les lumières de la ville se reflètent dans les eaux du port. De la jetée, c’est éblouissant et très romantique !

Si vous êtes musées et monuments, le musée archéologique vous ouvre ses portes tous les jours sauf le lundi, juste à côté de l’église de la Métamorfosis construite en 1824.

Plus loin, en bas du quartier orthodoxe, se dresse le théâtre d’Apollon, copie de la Scala de Milan (en plus petit bien sûr) construit en 1864.

Si vous êtes plus balades et randonnées, pas de problème non plus, l’île regorge de sentiers montagneux, de plages, de grottes et même d’un site préhistorique, celui de Chalandriani, où l’on peut voir les restes d’un bâtiment cycladique ainsi que ceux d’une nécropole, datés tous les deux du IIIème millénaire avant JC.

La balade à ne pas manquer, c’est celle de la route du Sud, qui part d’Ermoupoli et monte jusqu’à un col où l’on peut apercevoir toute l’île ! Attention toutefois à la descente car elle est très caillouteuse !

Séverine Mael © Azurever.com