fbpx

Conception graphique - Logo

Notre newsletter

Randonneur au sommet de la Rainbow Mountain

Stage de fin d’étude et expatriation au Pérou

Views 218

L’expatriation en fait rêver plus d’un… Nous vous avons récemment fait partager le retour d’expérience de Mathilde aux Baléares ; rendez-vous aujourd’hui avec Alexandre, parti s’installer au Pérou ! Découvrez son parcours, son bilan (il est désormais de retour en Europe), et ses conseils pour réussir, vous aussi, l’aventure de l’expatriation !


Rapide présentation : en quelques mots, qui es-tu  ?

Bonjour, je m’appelle Alexandre, j’ai 24 ans, je viens de terminer mon école de commerce et je commence mon premier travail en Suède, à Stockholm !

J’ai eu la chance de voyager à l’international dans le cadre de mes études. Ça a notamment été le cas en 2017, à l’occasion d’un stage. J’ai traversé l’Atlantique et atterri à Lima, au Pérou, afin de travailler pour une entreprise franco-péruvienne dans l’exportation de fruits et légumes d’Amérique du Sud. Je suis parti seul à Lima, j’avais 20 ans à l’époque et c’était mon premier voyage de longue durée, loin de la France et de l’Europe.

Steppes péruviennes

Dans les steppes péruviennes

Pourquoi avoir décidé de t’installer au Pérou ?

Pour être honnête, j’ai atterri au Pérou par opportunité plutôt qu’un choix minutieusement réfléchi. J’avais posé un seul critère concernant mon stage, je voulais travailler dans une autre langue que le Français. J’ai donc eu cette opportunité de stage à Lima et n’ai pas eu spécialement de frein à partir. Malgré le fait qu’on entende parfois des histoires de crimes ou autre, je n’ai pas vraiment eu peur en partant. J’ai peut-être un côté insouciant, néanmoins je ne me suis jamais senti en insécurité dans ce pays. Je pense qu’il faut simplement ne pas tenter le diable et éviter les coins « dangereux » de la ville.

Quels ont été les plus beaux souvenirs de ton expatriation au Pérou ? 

Il m’est impossible de faire une liste exhaustive de tout ce que je recommande de voir et faire au Pérou ! Toutefois, je suis obligé de conseiller de faire un trek au Machu Picchu. Nous y sommes allés avec deux amis que j’ai rencontrés sur place, c’était génial. Nous avons marché environ 80 km sur 4 jours entre 3 000 et 4 600 m d’altitude. Sur notre parcours, nous avons longé la ligne de chemin de fer menant à Agua Calientes (ville au pied du Machu Picchu) ; et le dernier jour, nous nous sommes réveillés à 4 h du matin pour grimper et être en haut du Machu Picchu au lever du jour !

Machu Picchu - Pérou

Après l’effort, le réconfort !

En tant que touriste, il faut absolument voir Miraflores, Barranco et le centre historique de Lima. C’est un pays très riche culturellement, avec une histoire forte à travers les Incas, l’influence des conquistadors espagnols et plus récemment les vagues d’immigration qui sont illustrées par exemple par la « fusion food » comme la chifa, qui mélange la cuisine péruvienne et asiatique.

Lac au Pérou

Le Pérou offre une variété de paysages remarquable !

Concernant les bonnes adresses à partager, je n’en ai pas une en particulier mais je mangeais presque exclusivement que dans les petits restaurants locaux dont les spécialités sont délicieuses comme le Ceviche. Des petites habitues que j’avais me manquent parfois ici, comme prendre mon petit déjeuné en sortant de chez moi au vendeur à la sauvette.

Dans le pays et si vous avez le temps, il faut faire le Machu Picchu, le lac Titicaca, les lignes de Nazca, le canyon del colca, le désert d’Ica, la forêt amazonienne, les treks et glaciers de Huaraz, et les montagnes colorées.

Qu’est-ce qui a été le plus facile / le plus difficile pour t’habituer à la vie sur place ?

La barrière de la langue peut être difficile. Mais de ce côté-là, j’ai eu de la chance, car j’ai rejoint une entreprise franco-péruvienne et deux des managers parlaient français. J’ai donc eu une transition en douceur ! Cela dit, il n’y a pas de secret, le meilleur moyen d’apprendre une langue est de se jeter à l’eau et d’être en total immersion, et c’était le cas quand j’étais avec mes collègues péruviens.

En flagrant délit photo ! J’en ai ramené plusieurs milliers…

Qu’est-ce que ton expérience péruvienne t’a apportée ?

Sans parler du Pérou forcément, je pense que partir seul à 20 ans pendant une durée relativement longue est très formateur et joue beaucoup sur le caractère que tu développes. Cela t’apprend à te débrouiller dans tous les sens du terme, pour te nourrir, te déplacer, t’occuper. En plus de ça, partir seul te pousse à être actif pour rencontrer d’autres personnes, tu parles avec tout le monde, tu gagnes en ouverture d’esprit et tu deviens capable de t’adapter beaucoup plus facilement !

Quels sont tes prochains projets ? Après le Pérou, as-tu d’autres expatriations en vue ?

À l’heure actuelle, je suis en Suède pour le travail. J’aime beaucoup l’échange à l’international. Je ne sais pas encore où je veux habiter, mais pour sûr, Singapour me plairait bien pour une expérience de court terme, et pourquoi pas m’y installer si je m’y sens bien !

Le mot et/ou le conseil de la fin ?

C’est un pays très complet que j’ai adoré et six mois ne m’ont pas suffi pour faire le tour du Pérou ! Je conseille cette destination à tout le monde, de tout âge, bien qu’il faille être en forme physique pour faire les différents treks et affronter les dénivelés du pays. J’ai rencontré des Français de plus de 60 ans qui faisaient un tour du monde et qui passaient quelque temps au Pérou, alors, à priori, tout le monde peut se rendre au Pérou !

Glacier péruvien

En chemin pour les glaciers !

Post tags: