fbpx

Conception graphique - Logo

Notre newsletter

Les jets massants

La cascade de Canala !

Views 63

A la recherche de la puissance de la nature

Les jets massants

Ce qui est trépident dans un voyage, c’est la recherche du lieu, l’attente et puis soudain, la Rencontre !

Il faut avouer qu’en Nouvelle Calédonie, la recherche n’est pas toujours facilitée par la population locale…

Mais si vous aimez sortir des sentiers battus, à 2h de Nouméa en voiture, cherchez avec attention la cascade de Canala.

Une fois entrés dans le village, ne ratez pas la seule petite route bitumée sur votre droite juste avant « la maisonnette fermée en tôle verte ».

Vous n’obtiendrez pas plus d’information.

Non, n’abandonnez pas ! Grimpez cette route qui se transforme en piste sans oublier de demander la permission au chef de tribu.

Garez vous sur le bas côté et suivez le petit panneau situé à 20cm du sol. Une flèche vous indique un escalier. Descendez sans crainte les marches et admirez !

La force inébranlable de la nature s’expose sans retenue devant vous, dans toute sa splendeur, attractive et puissante.

L’endroit paraît sacré.

Plongez, profitez des jets massant naturels. Restez prudents avec la puissance du courant.

Grimpez sur les rochers, penchez-vous, juste un peu, il est là, pour vous couper le souffle : l’indéfinissable « plongeant ».

Vers le plongeant
Au loin, l'océan

Relevez la tête, la végétation dense de la plaine s’étend jusqu’à la mer. Vous voici au cœur des trésors de la Nouvelle Calédonie.

Contribuez à sa protection, ne laissez aucun stigmate de votre passage. Gardez juste le souvenir de la magie du lieu.

Vous pouvez également admirer la cascade de plus bas après la traversée d’une cocoteraie sur une route toujours à votre droite.

Laissez votre instinct vous guider.

Acceptez pour voir, de ne pas de suite savoir.

Vous êtes dans un autre France.

A savoir :

– Ne pas partir seul ou seule à Canala comme en brousse d’ailleurs.

– Une présence masculine est fortement conseillée.

– Prenez garde lorsque vous demandez votre chemin, choisissez de préférence de gentilles – grands-mères aux jeunes Kanak souvent trop alcoolisés et équipés de « coupe coupe ».

– N’oubliez pas de dire bonjour !

Emilie DEYRIS © Azurever.com