fbpx

Conception graphique - Logo

Notre newsletter

Pyrgos Kallistis - Bien sûr

La Grèce à l’origine de la philosophie, présentation de Socrate

Views 77

L'école d'Athènes - Philosophie

Le mot philosophie vient du grec « philo », j’aime, et « sophia », la sagesse. Il signifie donc « l’amour de la sagesse ».

 

La Grèce antique est ainsi considérée comme le berceau de la philosophie, dont la pratique s’est répandue à travers toute la Grèce et l’Empire romain puis à l’Europe, notamment pendant le Siècle des Lumières.

Plus précisément, ce serait dans les cités grecques d’Asie Mineure que serait née cette nouvelle forme de pensée, dont les scientifiques et les adeptes de la démocratie se sont empêchés de s’emparer afin de contrer l’irrationalité des mythes et des pensées « magiques ».

L’apparition de la philosophie va donc marquer un tournant terminant dans l’histoire de l’Humanité en la faisant passer du stade de la superstition à celui de la raison : le logos.

La Grèce antique n’a pas fait que créer la philosophie, elle l’a aussi dotée de méthodes et de principes qui sont encore suivis de nos jours. Surtout, plus qu’une « sagesse » à méditer et à lire, c’est une façon de vivre que les philosophes de cette époque nous ont légués.

Socrate :

socrate1_largeFils d’un artisan sculpteur et d’une sage-femme, Socrate est né en 470 avant JC et mort en 399 avant JC.

Très vite, il s’est intéressé aux questions morales posées à l’homme : il se promenait dans les rues d’Athènes au milieu de la foule et interrogeait tout un chacun, les petits gens comme les aristocrates, sur les problèmes de la vie quotidienne comme sur des sujets amenant à la méditation.

C’est ainsi qu’est née la méthode de la maïeutique, c’est-à-dire l’art « d’accoucher les esprits ».

De ce fait, son but était d’amener les gens à dépasser le niveau des vérités de sens commun et à partir en quête de connaissances vraies à travers des discussions qu’il menait de main de maître.

Argument - Philosophie

Socrate croyait ainsi avoir reçu comme mission divine d’éduquer ses contemporains.

Or, son état oisif (il n’exerçait aucun métier rémunéré) et sa condition de pauvre enseignant gratuitement ne plaisait pas du tout à l’époque, surtout chez les sophistes qui eux, faisaient payer excessivement cher leurs enseignements !

Plusieurs plaintes vont être déposées contre Socrate car il « troublait » l’ordre public et le bien-être de la cité.

Le procès de Socrate, mythique, va s’achever par la condamnation de ce dernier. Plutôt que de fuir, Socrate choisira de boire la ciguë, poison mortel.

C’est grâce à ses deux élèves, Platon et Xénophon, que l’on connaît la pensée de Socrate.

Séverine Mael © Azurever.com