fbpx

Conception graphique - Logo

Notre newsletter

Carnavaleuses en Guadeloupe

Traditions de Guadeloupe : l’art de vivre en Gwada !

Views 443

Lorsqu’un TRVLR voyage, il prend le temps d’expérimenter, de se dépasser… mais aussi de rencontrer, de s’intéresser. En un mot, il prend le temps d’apprendre ! En effet, rien de plus agréable que de se mettre dans la peau des locaux, de parler leur langue, de danser au rythme de leur musique, de déguster leurs plats traditionnels. La Riviera des îles de Guadeloupe, c’est une multitude d’opportunités pour vivre toutes ces expériences ! Les traditions y sont ancrées et ce dans l’âme de chacun de ses habitants, ils vous transmettront avec plaisir une petite partie de cette joyeuse énergie qui les anime ! Le temps d’un voyage sur l’île-papillon, laissez-vous porter par l’art de vivre à la guadeloupéenne, territoire aux multiples facettes… 

Comprendre l’âme guadeloupéenne et ses traditions 

Maîtriser quelques mots de créole ? « Pani pwoblem » !

Dans le respect des traditions de Guadeloupe, apprendre à écouter et se faire comprendre en créole est le b.a.-ba lorsqu’on veut vivre comme un Guadeloupéen ! Rassurez-vous, le français reste la base du créole, avec quelques modifications dans les mots et la prononciation, qui lui donnent tout son charme. Tout d’abord, sachez qu’en créole, toutes les lettres écrites se prononcent. Globalement, les voyelles se prononcent comme en français, à l’exception des diphtongues « un » et « eu » qui se prononcent, respectivement, « en » et « é ». Côté consonnes, le créole en possède deux qui lui sont propres : le « dj » et le « tch ». Par ailleurs, le « s » se prononce systématiquement « ss », mais jamais « z ». Notez enfin qu’en grammaire, le vouvoiement, le pluriel et le genre n’existent pas, facile non ?

Assiette de Guadeloupe sur un set de table tressé

Les accents solaires du créole vous seront fort utiles, dans de nombreuses situations !

Maintenant, un peu de vocabulaire pour bien démarrer ! Dites « bonjou » pour saluer, et « ovwa » lorsque vous quittez un lieu. Pour prolonger le contact, demander « sa ou fé ? » (comment ça va ?) ou répondez « bien mèsi, é zot ? », si on vous pose cette question. Après cela, on risque de vous prendre pour un local ! Mais, si vous ne savez pas répondre à la prochaine question, employez « an pa ka kompwann » pour dire que vous ne comprenez pas. Vous pouvez aussi vous « exkisé », pour demander l’indulgence de votre interlocuteur.  Ensuite, pour commander votre premier Ti-Punch, dites « ba mwen an CRS souplé », l’acronyme CRS signifiant citron-rhum-sucre ! Et pour trinquer, on lève son verre en disant « an noumenn » ! Enfin, pour demander l’addition, un « pri, souplé » fera l’affaire !

Vibrer au rythme du « gwoka », lors d’un « léwoz »

Aujourd’hui pratiquées par tous, les soirées léwoz font partie des traditions de Guadeloupe héritées de la période de l’esclavage. Tout à coup, le son des tambours, les « ka », retentit… soudain, on entend souffler une mélodie s’échappant d’une conque… et quelques personnes se mettent à danser ! Petit à petit, les spectateurs forment un cercle autour d’eux, pour contempler leurs prouesses de danse. C’est avec une grande spontanéité que chacun se laisse aller, s’exprime, et donne une large place à l’improvisation, au cœur du public endiablé. Le léwoz, c’est aussi l’occasion de découvrir une des musiques traditionnelles de Guadeloupe : le gwoka. C’est un mélange de chants et de rythmes, auxquels s’associent des danses singulières, qui délivrent un vrai message. Aux quatre coins de l’île, et en particulier à Sainte-Anne, sur la Riviera des îles de Guadeloupe, le gwoka est une institution !

Danseuse guadeloupéenne au son du ka, le tambour faisant partie des traditions de Guadeloupe

Le léwoz, un voyage musical au cœur des traditions de Guadeloupe… prenez-vous au jeu le temps d’une danse !

Les tambouyè (les percussionnistes) font varier les rythmes grâce à leurs boula (qui font le socle de la musique) et leurs makè (plus aigü que les boula, ils donnent le ton musical et créent la mélodie). On trouve aussi des joueurs de « tibwa », deux baguettes de bois tapées sur un bambou creux ; de macaras « cha-cha » ; et de « siyak », une baguette frottée sur un morceau de bambou strié. En fonction des situations, le gwoka possède plusieurs variantes. Lors des travaux collectifs, on joue le rythme appelé « graj ». Lors d’un carnaval, c’est plutôt le rythme du « menndé » qui est pratiqué, ou celui du « tumblak », avec ses pas de danses rapides et pétillants. Même au cours des veillées mortuaires, le gwoka est joué, avec le rythme « kaladja », plus lent et triste. En tout cas, nul doute que le léwoz vous assurera un moment de partage, au cœur des traditions de Guadeloupe !

S’initier à la pratique de la voile traditionnelle

Le « canot », comme on l’appelle là-bas, c’est vraiment l’incarnation du sport et des traditions de Guadeloupe ! Arrivée sur l’archipel des Saintes avec les colons venus de Bretagne, cette embarcation s’appelle également « canot saintois », ou encore « Saintoise ». Bref, plusieurs appellations qui montrent l’importance qu’a cette voile traditionnelle, dans le cœur des Guadeloupéens ! Il n’y a pas plus de cinquante ans, chaque famille des Saintes possédait son canot, auparavant dépourvu de moteur, pour aller à la pêche ou transporter des marchandises d’île en île. Par ailleurs, la Fédération Française de Voile (FFV) a officialisé les canots, et les courses de canot. Mentionnons, d’ailleurs, que la Guadeloupe abrite des talents dans le domaine de la voile, comme le champion du monde de windsurf, Tristan Algret.

Paysage d'un lagon avec des bateaux de tout genre

Les sports nautiques, ancrés dans les traditions de Guadeloupe…

Cette affiliation avec la FFV garantit, notamment, la préservation de la fabrication du canot dans le respect de la tradition. Le canot se compose d’une coque en bois naturel, longue d’environ 5 m et large d’1 m 80, et d’un mat de 7,25 m sur lequel sont fixées les voiles : la grand-voile, un triangle équilatéral, et le foc, un plus petit triangle, rectangle, lui. Ces voiles libres (non lattées), en polyester ou coton, donnent une incroyable puissance à l’embarcation. Entre 6 et 7 équipiers sont nécessaires à bord pour assurer la navigation ! Des championnats internationaux sont ponctuellement organisés, au départ de Saint-François et Sainte-Anne. Une vraie source d’animation et d’esprit sportif anime la Guadeloupe à ces occasions ! Par ailleurs, sachez que l’on retrouve de super spots de sports nautiques, tout au long de la Riviera des îles de Guadeloupe.

Se balader dans un marché nocturne

Chez TRVLR, le marché, on adore ! C’est vraiment l’endroit idéal pour s’immerger dans la vie locale et rencontrer les habitants, avec en prime les multiples plaisirs culinaires et artisanaux. À la nuit tombée (vers 17h30 environ !), rendez-vous au marché de Sainte-Anne, l’un des plus authentiques de la Riviera des îles de Guadeloupe. Avec sa petite musique traditionnelle en fond sonore, pour une ambiance joyeuse, vous y trouverez des épices, des huiles essentielles, des plantes, et bien sûr, des fruits et légumes du coin ! Des particuliers viennent même y vendre leur propre récolte… produits frais et bon marché garantis !

Mangues et ananas sur le marché, une des traditions de Guadeloupe

Les couleurs vives du marché, aussi chaleureuses que l’accueil des Guadeloupéens

Le marché, c’est aussi l’occasion de déguster quelques spécialités locales. Ne manquez pas nos recettes préférées dans la deuxième partie de cet article ! Sur le marché de Sainte-Anne, on peut trouver des incontournables, comme le poulet boucané, ou encore les plats d’origine indiennes, comme le colombo de poulet. Si vous aviez une petite soif, c’est le jus de canne qu’il vous faut tester : à boire très frais avec un soupçon de jus de citron vert, c’est un délice ! Les jus de fruits, fraichement pressés, ainsi que les sorbets coco valent également vraiment la peine d’être dégustés lors de votre balade au marché nocturne. Le marché nocturne du Gosier vous charmera également par sa situation, perché en hauteur et offrant une magnifique vue sur la mer. N’hésitez pas non plus à aller faire un tour au marché de Saint-François, pour vivre cette unique expérience des traditions de Guadeloupe.

Vivre les traditions festives de Guadeloupe

Si la Guadeloupe est une île animée toute l’année, c’est pendant les festivités du carnaval annuel qu’elle atteint son point d’orgue de la bonne humeur ! Après l’Épiphanie, trois jours de fête font vibrer tous les Guadeloupéens, jusqu’au mercredi des Cendres. Les animations se déroulent à Pointe-à-Pitre, Basse-Terre, mais aussi à Gosier avec le Goziéval. Toute l’île est en effervescence ! Chaque jour apporte son lot de surprises et de joie. Le dimanche, c’est la parade des chars et des masques : danseurs et musiciens…, tous costumés, du costume le plus loufoque à la tenue traditionnelle, prennent possession des rues ! Le lundi, les hommes s’habillent en femme, et les femmes en costume masculin ! Le mardi gras, des personnages phares du carnaval arpentent les défilés : les « masques à cornes », au corps peint de rouge et portant un masque avec des cornes de taureau, symbolisant le Diable !

Carnavaleuse à Pointe-à-Pitre

Les couleurs, les paillettes, le sourire… c’est ça le carnaval en Guadeloupe !

Mais une autre des nombreuses traditions de Guadeloupe mérite d’être évoquée, celle du « chanté nwel » (chanter Noël) ! L’origine de cette tradition remonte à la période où les esclaves étaient évangélisés par les catholiques, en Guadeloupe. Leur apprentissage de la religion chrétienne passait par celui des cantiques traditionnels de Noël, en français. Ainsi, avec le temps, les paroles et la musique ont été progressivement modifiées par les mélanges de sonorité venus d’Afrique, le continent d’origine des esclaves. Aujourd’hui, ces chants sont un vrai moment de communion, en famille, entre amis ou même au bureau. C’est également l’occasion de partager un repas, où chacun aura contribué en apportant un plat fait maison. Les spécialités de Noël sont dégustées ensemble et à foison, généralement accompagnées du « schrubb », un rhum arrangé spécialement conçu pour l’occasion !

Découvrir de vraies institutions locales

La Guadeloupe, c’est la nature, c’est la fête, mais ce sont aussi de multiples occasions de faire du tourisme culturel ! Outre les incontournables église de Sainte-Anne, Fort Fleur d’Épée, bourg du Gosier et cimetière hindou de Saint-François, il y est de véritables institutions qui vous plongeront dans les traditions de Guadeloupe. L’une d’entre elle est la Maison de la noix de coco, où vous pourrez tout savoir sur l’utilisation de chaque partie du cocotier. Vous pourrez y découvrir le travail de vingt-cinq artisans locaux, sur les racines, le tronc ou encore le fruit de la coco en lui-même ! L’art de la sculpture, du tressage ou encore du taillage y sont mis à l’honneur, pour une vraie immersion dans l’artisanat local. Un autre emblème de la Guadeloupe, admiré par tous les Guadeloupéens, est le Memorial ACTe.

Panoramique du Memorial ACte, à Pointe-à-Pitre

Le Memorial ACTe, un témoignage magnifique mais aussi un lien entre l’histoire et le futur…

Ce témoignage architectural de la mémoire de la traite et de l’esclavage vous permettra une immersion dans le difficile passé de l’île. Enfin, à Gosier, c’est le Musée du costume qui vous plongera, à coup sûr, dans les traditions de Guadeloupe ! Exposant de magnifiques costumes de la période amérindiennes aux madras actuels, en passant par le style empire, vous ferez un véritable voyage dans le temps, à travers les différentes salles du musée. La découverte d’une salle d’école du début du siècle dernier, des personnages importants de la société antillaise ou encore d’une exposition des jeux traditionnels locaux, participera à votre émerveillement.

S’imprégner de la cuisine créole…

Savoir cuisiner 3 spécialités guadeloupéennes

En entrée, nous vous proposons… de délicieux accras de morue ! Originaires d’Afrique, ces petits beignets frits, véritables flerons des traditions de Guadeloupe, sont un excellent apéritif pour débuter un bon repas. Généralement à la morue, mais aussi parfois aux légumes, à la crevette, ou encore à l’oursin, les recettes d’accras ne manquent pas ! Après cette délicieuse mise en bouche, faisons place au court-bouillon de poisson : un délicieux mijoté de poissons, à la tomate et au piment ! La cuisson en sauce permet de cuire le poisson, en gardant tout son moelleux… Accompagné de riz, c’est un vrai régal ! Enfin, une petite douceur bien méritée : un flan au coco. C’est une note finale parfaite pour terminer un repas en Guadeloupe, avec ses arômes de coco et de cannelle. Bon lapéti !

Accras de morue croqué avec ti-punch en arrière-plan

L’incomparable moelleux de l’accra de morue, dans son enveloppe croustillante… miam !

Déguster les plats traditionnels de l’île

Dans le top des plats à déguster en Guadeloupe, on commence par le bokit ! Facilement dégustable sur le pouce, lors d’une journée à la plage, ce petit sandwich frit dans l’huile est garni de toute sorte d’ingrédients (viandes, poissons, crudités…). Très rassasiant, il est également bon marché ! Dans les plats phares à tester en Guadeloupe, on retrouve également le bébélé, un plat traditionnel marie-galantais que l’on retrouve de plus en plus dans les restaurants traditionnels de l’île. C’est une soupe épaisse, aux légumes et aux tripes d’agneau ou de bœuf, qui vous ravivera les papilles à travers son explosition de saveurs et la multiplicité de sa composition.

Colombo de poulet

Le colombo de poulet traditionnel éveillera tous vos sens !

Ensuite, le colombo, témoin de la forte mixité des peuples et la présence d’une grande communauté d’origine indienne, fait également partie des plats traditionnels de l’île. C’est une marinade épicée, servant à cuisiner viandes et poissons locaux, pour en faire un plat riche en saveur. Si vous passez en Guadeloupe à la période des vacances de Pâques, peut-être aurez vous la chance de gouter le célèbre colombo de crabes du restaurant Le Colombo à Saint-François, qui ne le prépare qu’à cette occasion. Un vrai délice! On ne peut également pas manquer de citer le poulet boucané, une viande marinée et séchée, puis cuite par enfumage. L’un des plats incontournables de Guadeloupe ! Enfin, le mythique boudin créole, spécialité de charcuterie des plus anciennes de Guadeloupe, ravivera les papilles des grands amateurs d’épices !

Maîtriser parfaitement l’art du Ti-Punch !

Le Ti-Punch, c’est une institution dans les Antilles. Ne le confondez pas avec le planteur, ou encore le rhum arrangé ; ces derniers sont, eux, allongés avec du jus de fruit. De par son nom, on comprend vite que le Ti-Punch est un « petit punch », soit un punch serré, sans diluant fruité. Mais alors, quelle est la vraie recette de ce breuvage local ? La base principale : c’est le rhum ! Blanc, vieux, ou ambré, chacun y va de sa recette, mais c’est le rhum blanc qui a la part belle chez la plupart des Guadeloupéens. Ensuite, le sucre : blanc ou de canne, là encore les avis sont partagés, mais c’est traditionnellement le sucre de canne qui est utilisé ! Enfin, un demi-citron-vert, pour contrebalancer le côté sucré de la boisson en apportant son acidité. Voilà, vous savez faire un Ti-Punch comme un Guadeloupéen ! An noumenn !

Photo d'un verre de Ti-Punch

Toute l’âme de la Guadeloupe dans un si petit verre…

Boire un coco dans sa noix, toute fraichement coupée

La noix de coco, ou le coco comme on l’appelle dans les Antilles, fait partie du quotidien des Guadeloupéens. C’est dans l’écorce verte de la noix de coco que l’on trouve la chair de coco, qui contient, elle, l’eau de coco. Alors, pourquoi devriez vous absolument y goûter ? Déjà, parce que tout le monde le fait en Guadeloupe ! Puis, c’est hydratant et très désaltérant. De surcroît, c’est complètement naturel ! Souvent coupée devant vous, la noix de coco n’a subi aucun traitement auparavant. Enfin, elle a ce petit goût de vacances dans les îles, vous n’y gouterez pas de sitôt dans de telles conditions, alors, profitez-en !

Photo de noix de coco verre pour en boire l'eau

On voyage, en sirotant son coco !

Riviera des îles de Guadeloupe - logoEnvie d’aller plus loin dans l’organisation de votre séjour ? De l’hébergement aux activités, n’hésitez pas à visiter le site de la Riviera des îles de Guadeloupe. Et pour encore plus d’inspiration, direction ses réseaux sociaux (Facebook et Instagram) !


Laurent, rêve de pimenter sa vie parisienne…en Guadeloupe !

 

Article rédigé en partenariat avec l’Office de Tourisme de la Riviera des îles de Guadeloupe.