fbpx

logo-trvlr-media-voyage

Notre newsletter

Quand voir la migration des gnous en Afrique

Qui n’a pas encore en tête les images déchirantes du célèbre dessin animé qui a traumatisé toutes les générations, où Mufasa périt piétiné par une horde de gnous affolés ? Même s’il est vrai que cette scène du Roi Lion (on espère que vous aviez deviné !) a marqué les esprits, la ruée des gnous d’Afrique est un évènement qui captive chaque année les visiteurs venant du monde entier. Ce spectacle fascinant est appelé la Grande Migration, et est le phénomène migratoire terrestre le plus important de notre planète. Chaque année, ce sont des centaines de milliers d’individus qui se mettent en marche, au rythme des saisons, en quête de nourriture et d’eau, pour assurer leur survie et le cycle de la vie. Cap sur les plaines de Tanzanie et du Kenya pour observer l’un des phénomènes les plus impressionnant du monde animal.

L’itinéraire type de la migration des gnous

Pour observer le phénomène migratoire le plus célèbre au monde, il vous faudra vous rendre dans la région frontalière entre la Tanzanie et le Kenya, au cœur même du parc national du Serengeti. Situé au nord de la Tanzanie, il est le plus grand parc du pays et s’étend sur 14 750 km². En rejoignant la zone de conservation du Ngorongoro à l’est, il forme un environnement prospère constitué de rivières, de lacs, de forêts et de plaines qui abritent pas moins de 4 millions d’animaux et plus de 400 espèces d’oiseaux. Ainsi, la quasi-totalité des espèces de la grande faune africaine y sont représentées, créant un écosystème d’une richesse infinie.

Initialement installés dans les plaines du sud du parc national du Serengeti, qui signifie « plaine sans fin » en langue masaï, les gnous profitent de la petite saison des pluies de mars à mai dans les plus belles plaines de pâturages pour mettre au monde les petits et prendre des forces. Mais le sud du parc étant plus sec que le nord, dès le début de la saison sèche, la nourriture et l’eau commencent à manquer. La Grande Migration se met alors en marche.

Direction le nord du parc national, qui bénéficie avec le côté ouest d’un niveau de pluie bien plus important, maintenant en permanence un niveau d’eau dans les lacs et les rivières de la région. Toujours poussés par un instinct insatiable, les troupeaux terminent leur marche effrénée dans les nouveaux pâturages du Masaï Mara au Kenya, pour ensuite redescendre dans le sud, créant alors un phénomène cyclique.

En résumé, la migration débute dans la région du Ngorongoro, traverse le parc national du Serengenti par l’ouest, se dirige au nord pour atteindre la réserve Masaï Mara au Kenya puis rejoindre le sud du parc national par l’est.

Quand et comment se passe la migration des gnous ?

Véritable phénomène cyclique mais aussi circulaire, des milliers de gnous mais aussi de nombreux zèbres se mettent en marche chaque année pour effectuer un voyage de plus de 1 000 kilomètres à travers la savane africaine. En formant des troupeaux de 40 kilomètres de long, ils offrent un spectacle fascinant et une impressionnante scène de la vie sauvage.

La Grande Migration est donc un phénomène lié aux changements de saison, et principalement par aux saisons des pluies. De ce fait, il est difficile de définir les dates de ses différentes étapes avec précision. Les changements climatiques bouleversants de plus en plus rapidement des écosystèmes naturels, il faudra accepter que ces phénomènes soient parfois décalés de plusieurs jours voir, de plusieurs semaines.  Mais pas d’inquiétude, la Grande Migration étant un phénomène cyclique, elle reste visible toute l’année ! Pour ne pas manquer cet incroyable spectacle et choisir au mieux les dates de votre séjour, voici où vous devrez vous trouver :

  • En janvier et février, les pluies annuelles débutent dans le parc national du Serengeti. C’est durant cette période que les femelles mettront au monde leurs petits, dans les plaines encore verdoyantes de Tanzanie. Les nouveaux nés auront ainsi entre un et deux mois pour prendre des forces avant la grande mise en marche.

Il n’est pas rare d’observer les gnous jusqu’à la mi-mars dans la région de Ndutu, située à cheval entre le cratère du Ngorongoro et le Serengeti. Cette région étant un terrain de chasse exceptionnel, on peut aussi y observer des guépards.

  • En mars ou en avril, en fonction de l’avancée de la saison des pluies, la région s’assèche et c’est alors que se forment les gigantesques troupeaux d’animaux pour prendre la direction du nord. C’est une période de transition, où la Grande Migration se dessine. Le départ de la Grande Migration se fait dans la région du Ngorongoro et Serengeti, principalement dans la plaine de Ndoha et aux abords de la rivière Mbalageti.
  • En mai et juin, prenez la direction de la région du « Western Corridor », dans la région de Grumeti, à l’ouest du parc national du Serengeti.
  • Entre juin et juillet, les troupeaux se dirigent vers les plaines du Masaï Mara, terminus de la Grande Migration. Mais avant cela, ils doivent traverser la Mara River, dernier obstacle avant d’atteindre les plaines fertiles du Kenya. Direction donc le nord du Serengeti.
  • De juillet à septembre, les troupeaux se déplacent du nord du Serengeti jusqu’au parc du Masaï Mara au Kenya. Vous aurez donc le choix de séjourner en Tanzanie ou au Kenya pour observer leur migration.
  • D’août à octobre, un peu plus tardivement dans la saison, les gnous et les zèbres coulent des jours heureux dans les paysages grandioses du Masaï Mara, et profitent de l’herbe verte et de l’eau en abondance, pour lesquelles ils auront marché près de 80 kilomètres par jour durant des semaines.
  • En octobre et novembre, c’est la remise en marche et les troupeaux redescendent dans le sud du Serengeti, qu’ils atteindront à la mi-décembre pour débuter la saison des amours.
  • De décembre à mars : les espèces sont de retour dans la région du Ngorongoro.

Les étapes phares de la migration des gnous

Bien que la Grande Migration puisse être observée toute l’année, de grands évènements marquent la migration et font le plaisir des visiteurs. Le plus connu est la traversée de la rivière Grumeti et Mara au Kenya, avant que les troupeaux atteignent la réserve du Masaï Mara. La traversée est un moment fatidique et stratégique pour les herbivores, mais aussi pour les prédateurs qui ne manqueront pas une occasion de mettre en chasse leurs proies. Appelé « crossing », cet évènement met en lumière un spectacle saisissant mais aussi sans pitié. Il ne sera pas rare d’assister à de terribles scènes de chasse et à la mort de nombreux gnous, écrasés ou noyés. C’est également à l’arrivée dans le Masaï Mara que les animaux sont le plus longtemps sur place sur une espace réduit, facilitant alors leur observation.

Vous pourrez aussi admirer la saison des naissances en vous rendant dans la région du Ngorongoro. Il faut dire que voir des centaines de petits gnous se tenir pour la première fois sur leurs pattes puis s’aventurer dans les plaines d’Afrique Australe, ça vaut le détour !

Poster un message d'amour <3 / avis / commentaire / complément d'information :